Côte d’Ivoire : la stratégie de l’opposition est-elle efficace ? | Arbre à palabre | DW | 23.10.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Côte d’Ivoire : la stratégie de l’opposition est-elle efficace ?

En Côte d'Ivoire, l'opposition a rejeté cette semaine les concessions proposées par le pouvoir sur une éventuelle réforme de la Commission électorale indépendante pour espérer mettre un terme à son boycott de l'élection présidentielle du 31 octobre.

Écouter l'audio 34:09

"Les candidats de l'opposition maintiennent leur mot d'ordre de désobéissance civile et réitèrent leur demande de médiation internationale", a indiqué Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et directeur de campagne d'Henri Konan Bédié.

Le président sortant Alassane Ouattara s'oppose au report du scrutin du 31 octobre 2020

Le président sortant Alassane Ouattara s'oppose au report du scrutin du 31 octobre 2020

Selon Maurice Kakou Guikahué, l'opposition considère que les propositions du pouvoir ne correspondent pas à ses demandes.

En effet, le gouvernement propose une réforme de la Commission électorale indépendante (CEI), que l'opposition juge "inféodée" au régime du président Alassane Ouattara.

Autre proposition : examiner la possibilité de l'octroi d'un poste supplémentaire à l'opposition dans la CEI centrale et la recomposition des CEI locales.

Violences

À l’approche du premier tour de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, la tension est palpable avec des foyers de violence dans plusieurs parties du pays, ayant causé la mort d’une vingtaine de personnes depuis août 2020.

Au moins sept personnes ont été tuées et une quarantaine blessée dans des affrontements intercommunautaires entre lundi et mercredi à Dabou, à 50 kilomètres à l'ouest d'Abidjan.

Une voiture brûlée par des manifestants contre un troisième mandat d’Alassane Ouattara à Abidjan, le 19 octobre

Une voiture brûlée par des manifestants contre un troisième mandat d’Alassane Ouattara à Abidjan, le 19 octobre

Pour cette présidentielle, quatre candidats sont en compétition, dont le président sortant Alassane Ouattara qui brigue un troisième mandat controversé. Deux candidats de l’opposition, l’ancien premier ministre Pascal Affi N’Guessan et l’ancien président Henri Konan Bédié ont indiqué la semaine dernière ne pas être concernés par l’actuel processus électoral, même s’ils ne se retirent pas de la course.

Cette stratégie est-elle efficace ?

Le journaliste Eric Topona dans le studio PK 1 de la DW à Bonn

Le journaliste Eric Topona dans le studio PK 1 de la DW à Bonn

C’est la problématique du débat sous l’Arbre à Palabre animé par Eric Topona. Ses invités sont :

- Joël N'Guessan, ancien ministre et membre du Conseil politique du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) au pouvoir.

- André Silver Konan, journaliste et politologue.

- Et Abel Naki, président du parti le CRI panafricain, membre de la coalition d’opposition la Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix (CDRP), à laquelle appartient l’ancien président Henri Konan Bédié du PDCI.

Le débat sous l’Arbre à Palabre est diffusé tous les vendredis à 17h30 TU et les samedis, à 7h TU.

Pour écouter le magazine, cliquez sur la photo (ci-dessus).